lundi, 07 octobre 2013

DEINE FRAGE: Une alternative aux cours de religion?

Mesdames et Messieurs les responsables du Parti « déi Lénk »,

Nous soussignés H. V. et M. S., prenons la respectueuse liberté de vous écrire à propos d’un sujet qui est fort controversé ces derniers temps, à savoir la place du ou des cours de religion à l’école.

En tant que citoyens, nous aimerions vous proposer l’alternative suivante: des cours de non-violance et de gestion positive des conflits. Ayant nous-mêmes participé à de tels cours, nous nous sommes souvent demandé s’ils ne seraient pas d’une grande utilité au niveau de l’école aui est l’une des grandes bases de notre société. Nous pensons en effet, qu’un tel cours pourrait trouver l’assentiment d’un large public, indépendamment de toutes croyances ou conceptions philosophiques ou autres, et pourrait contribuer à bâtir une société meilleure, où puissent advenir davantage de paix et de justice.

Serait-ce possible de motiver et de former des enseignants engagés pour cette noble cause?
Probablement notre société aurait-elle à y gagner.

Je vous remercie pour l’attention que vous voudrez bien porter à notre lettre et vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les responsables pour le Parti « déi Lénk », l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

Madame et Monsieur M. et H. V.-S.

Nous partageons votre suggestion de promouvoir des cours de non-violence et de gestion positive des conflits dans les écoles du Luxembourg. D’ailleurs l’efficacité de ces cours est prouvée par des études qui ne demandent qu’une généralisation. Nous proposons dans notre programme électoral de (8.21.) remplacer la séparation entre le cours de religion et la « formation morale et sociale » par un cours commun de «philosophie pratique ». Écouter, formuler, être critique, mais respectueux de l’opinion d’autrui nous semble être à la base d’un citoyen démocratique. En conséquence, la non-violence et la gestion positive des conflits devraient y être une partie intégrante.

Pour déi Lénk,