25 Mai 2018 / 19:00 - 21:00

L’auto-entrepreneuriat au temps de la digitalisation – Utopie ou mauvaise passe?

Adresse:

Rotondes

Place des Rotondes

L-2448 Luxembourg

Luxembourg

On se croirait dans un roman de science-fiction, « pour encourager l’entrepreneuriat de l’économie de partage », Jérémy Rifkin propose dans son étude stratégique pour une Troisième Revolution Industrielle au Grand-Duché du Luxembourg que « les pouvoirs publics pourraient systématiquement fournir un numéro de TVA personnel à chaque citoyen ou résident, ou une inscription au Registre du Commerce et des Sociétés, reconnaissant de fait tout le monde comme un entrepreneur et un prosommateur social» . Voilà comment on naît auto-entrepren.euse.r. En attendant la mise en œuvre des prémisses d’un Jérémy Rifkin adoptées par le gouvernement, l’entreprise de soi-même est déjà une option à laquelle ont recours de plus en plus de jeunes. Effet de l’emploi précarisé, conséquences du chômage des jeunes ou encore faute de débouchés sur le marché du travail encore inadapté aux « nouvelles économies », l’option choisie de l’auto-entreprenariat a plusieurs ressorts… Mais quels sont réellement les usages, avantages et les risques de l’auto-entreprise dans le contexte actuel ?

déi Lénk propose une table-ronde sur l’expérience de l’auto-entreprenariat, avec Sarah Abdelnour, sociologue, et Erwann Sevellec, juriste, animée par Marc Baum, député déi Lénk.