lundi, 17 juillet 2017

déi Lénk assument leur responsabilité en matière de politique du logement

A part déi Lénk tous les partis politiques sont en train de s’accorder au sujet de la politique du logement dans le cadre des élections communales. Et pour cause, car cet accord est caractérisé par une absence à la fois de solutions et d’un intérêt réel pour ce sujet.

Contrairement au CSV qui évoque vaguement d’organiser une table ronde pour résoudre le problème du logement, et contrairement aux partis de la majorité qui hésitent à mettre en pratique leur propre programme de coalition pour la législature en cours, déi Lénk est proactif et réalise une  politique du logement en des termes concrets.

a) Une campagne basée sur trois piliers

La campagne « assumer sa responsabilité » de déi Lénk bat son plein depuis janvier 2016, et déi Lénk  présente depuis lors régulièrement de nouvelles idées, faisant parties d’un concept global basé sur les trois piliers suivants:

(-) ne laisser aucun logement vide
(-) construction de logement publics
(-) renforcer les locataires

La campagne intégrale est disponible sur wunnen.dei-lenk.lu. Dans le cadre des élections communales, nous avons adapté notre programme aux spécificités communales – à trouver sur le site gemengen.dei-lenk.lu

b) Démarche pratique de déi Lénk

déi Lénk ne présente pas uniquement un concept théorique afin de lutter contre la crise de logement, mais elle présente aussi une approche pragmatique englobant tous les moyens étant à disposition.

(-) déi Lénk a informé les locataires sur leurs droits à travers une campagne d’information. De plus, des motions ont été déposées dans différentes communes, visant à améliorer le fonctionnement des commissions des loyers et de mettre en place un contrôle renforcé ainsi que de rendre plus transparents les loyers pratiqués.

(-) Nous avons soumis une proposition de loi en novembre 2016 qui implique des mesures concrètes dans le domaine du logement pour la législature actuelle et qui crée des soulagements significatifs. Cette proposition prévoit un plafonnement de la caution locative à un mois de loyer ainsi qu’une prise en charge des frais de l’agence immobilière par le commanditaire (généralement le propriétaire). Des avis positifs ont été formulés par le Conseil d’Etat et la Chambre des Salariés prouvant la valeur ajoutée de cette proposition de loi. Cependant, les partis d’opposition retardent et empêchent sa mise à l’ordre du jour de la commission parlementaire chargée du logement.

(-) déi Lénk  rendent visible l’envergure de la crise du logement à travers des questions parlementaires (ici et ici) qui interrogent par exemple sur le degré d’utilisation des aides étatiques réservées aux communes pour la création de nouveaux logement.

(-) Le logement est un sujet transversal chez déi Lénk et nous essayons toujours de démontrer l’impact sur le logement pour tout sujet qui s’y lie. La politique du logement était pour nous l’élément central lors de l’élaboration de nos positions sur la réforme fiscale, sur l’accueil et l’hébergement de réfugiés et par rapport au projet « Klimabank« .

c) Concrétisation de notre concept pour plus de logement public

Nous vous présenterons aujourd’hui un concept concret pour assurer le financement de notre revendication visant à étoffer le logement public, qui vise à utiliser une partie des réserves du Fonds de pension (FDC) ainsi que d’autres sources de financement publics. Le concept vise en plus la création d’un Service Public de l’Habitat qui se chargerait du financement et de la coordination des constructions de logements locatifs publics, et qui pourrait jouer un rôle central pour l’assainissement énergétique de logements existants.